Home Boot Bemanning Project Fotoalbum Logboek Kortom Contact Links Franšais English

Retour à l' Aperçu général, cliquez ici.

Nos pages en français (10)

  LEFKAS

4. La Grèce 6

Vagabondages en pays hellénique (3): après l'hiver à Nieuport, le printemps, l'été et l'automne 2012

 

 

L'hiver à Nieuport ...

 

01.03.12 Nieuport. Aujourd'hui débute le printemps météorologique. Le retour en Grèce et vers le bateau approche. Mais à aucun moment Nehalinnia n'a été absent de nos pensées. Pendant tout l'hiver le bateau était l'objet de (pré)occupations même si celles-ci étaient quelque peu distendues: cette petite pièce d'accastillage de mouilllage, bien particulière, à remplacer et dont l'usinage de précision mettait notre patience bien à l'épreuve, les voiles que nous portions chez maître voilier Wittevrongel et l'acquisition de nouvelles filières ( la gaine en plastique étant - après 5 ans - complètement cuite par le soleil ) et de drisses ( là, aussi, le soleil est le coupable! ), les fréquents conciliabules par email avec Simon de Sivota Yacht Service quant aux modifications à apporter à l'échappement et à l'arbre d'hélice, aux vérifications et à l'entretien du moteur, l'achat de certaines pìèces de rechange indispensables auprès de Turbo's Hoet, l'acquisition d'un chargeur de quai Mastervolt chez Etb Paul De Lange, d'un pied de table de cockpit inoxydable (!), des pastilles de sel correctes ( et introuvables à Lefkas ) pour nos gilets Secumar, une nouvelle douchette Sun-shower ... Nous consultions quotidiennement les prévisions météo grecques (*) , observions les nombreux - mais heureusement mineurs - tremblements de terre sur le site Emsc-csem.

(*) www.hnms.gr - www.meteo.gr - www.grib.us

 

 

Vlaamse Zeezeilschool (Ecole de voile du VVW Npt): séminaire pratique Situations de détresse en mer

Vlaamse Zeezeilschool (Ecole de voile du VVW Npt): séminaire pratique Situations de détresse en mer

La Panne, Réserve naturelle De Westhoek

 

Nieuport, l'Yzer, le nouveau bac ( pour bicyclettes ) de la Promenade, traversée vers la réserve naturelle De Yzermonding sur la 8-sep-15

Nieuport, l'Yzer, transport de boues de dragage

8-sep-15

Nieuport, le port de plaisance du VVW

Nieuport, le port de plaisance du KYCN et nouveaux immeubles sur la Promenade

 

Comme à la fin de nos précédents hivernages à la maison, un petit retour sur image s'impose naturellement .... D'une crise financière nous nous retrouvons maintenant en plein dans une crise économique qui menace la zone-euro dans son existence, influe largement au niveau mondial.et touche avant tout les socialement et économiquement faibles. Si nous pouvons nous réjouir qu'enfin la Belgique ait un gouvernement fédéral nous ne pouvons que constater que c'est la finance qui de façon en fait absolue préside à la marche du monde et porte de plus en plus atteinte au modèle social européen. Nous pensons qu'à cette évolution nous devons opposer la solidarité. Si au cours de ces mois d'hiver nous avons pu apprécier l'accès tellement aisé à l'information, nous nous sommes irrités, indignés même, à ces présentations qui veulent faire croire que seules des restrictions, des coupes-sombres (souvent effectuées sans trop de discernement), menant à un appauvrissement général, seraient les seules remèdes! Rien ne nous paraît moins vrai à la lecture d'éminents économistes tels que les prix Nobel Krugman et Stiglitz. Plus près de chez nous, dans cette Flandre où une importante frange conservatrice se droitise encore ( comme du reste dans la plupart des pays Européens ) les professeurs De Grauwe et Schoors ne cessent de mettre en garde contre ces potions bien contre-productrives alors que la quasi totalité de la zone-euro entre en récession. Ainsi aussi, la soudaine ( et assez irréelle ) unanimité du couple-donneur-de-leçon Merkozy fut la cause d'un agacement croissant.

 

Concernés et solidaires nous continuons de suivre le drame financier et économique grec. La thérapeutique que la troïka administre au pays apparaît comme tellement unilatéral que le but recherché semble sans cesse s'éloigner. Même au FMI certains économistes commencent à douter. Nous apprenons que à l'exception des vraiment riches, l'immense majorité de la population est tellement touchée que le pays se trouve au bord de l'implosion politique et sociale. Les images ne rendent pas vraiment compte de la réalité. Les bâtiments en flamme à Athènes sont l'oeuvre d'une minuscule minorité - un bon millier de casseurs et autre fauteurs de troubles toujours prêts à en découdre avec la police. Si les les dernières manifestations n'ont pas connu un succès écrasant, la colère est omniprésente. Une colère désespérée qui couve. Et qui pourrait s'avérer un danger bien plus grand que ce que l'on pourrait imaginer en voyant le drapeau allemand brûlé ou le doigt d'honneur de ce manifestant menaçant les autres Européens qu'ils pourraient ne plus être les bienvenus ( "... never anymore the blue sky and the blue water ... " ). Le 29 avril des élections anticipées auraient lieu en Grèce. A en croire les sondages le pays évolue vers un avenir politique des plus incertains, ce qui pourrait dans les circonstances présentes l'entraîner vers une situation encore bien plus dramatique. Vers une période de chaos, vers une véritable catastrophe, à en croire certains observateurs ...

C'est pourquoi il est tellement important maintenant d'aller en Grèce. Non seulement afin d'aider financièrement les Grecs mais aussi et surtout pour cela! Effectuer ses achats auprès de ce petit épicier, chez ce petit marchand de fruits et légumes, dîner dans cette modeste taverne ou ce petit restaurant. Mais ne soyons pas naïfs: comme si souvent nous ne recevrons pas de ticket de caisse. Cette maladie ne sera pas aisément vaincue. Le montant de la dette grecque de plus de 350 milliards équivaut au montant des capitaux qui se sont évadés vers des banques étrangères. Le système fiscal inopérant, la corruption et le clientélisme politique - et un environnement économique faible - ont amené le pays dans la situation présente. Le pays a largement vécu au-dessus de ses moyens. Quand après une interruption de 14 ans, nous sommes arrivés en Grèce en juillet 2008, c'est avec un étonnement mêlé d'incrédulité - parfois avec une certaine irritation - que nous avons observé ce pays que nous avions si bien connu à l'époque, entre 1975 et 1995. Si le Grec moyen n'est pas le responsable (principal, et de loin!) de ce qui ressemble de plus en plus à un ravage socio-économique, c'est néanmoins bien lui qui paie l'addition bien salée ...

Alors en ces moments de disette ... de lendemains qui chantent, la (re)lecture des ( ô combien précieux ) opuscules de Stéphane Hessel [ Indignez-vous! Editions Indigène, 2010/11, et Engagez-vous! Entretiens avec Gilles Vanderpooten, Editions de L'Aube, 2011 ], tout comme le livre de Peter Mertens, [ Hoe durven ze, Uitg.Epo, 2011; trad. fr. Comment osent-ils? préface de Dimitri Verhulst, Editions Aden, 2012 ] sont de vraies cures de vitamines intellectuelles!

 

Mis à part le coup de froid de février, la météo s'est montrée encourageante, souvent idéale pour profiter de notre séjour hivernal sur ce petit bout de littoral de Mer du Nord. Nieuport dispose maintenant avec le nouveau bac sur l'Yzer ( accessible aux bicyclettes ) d'un chaînon important dans le développement des circuits de ballade pédestres et cyclistes, bien entretenus et clairement balisés. Comme chaque hiver drague et bateaux transporteurs des boues étaient en action dans les trois ports de plaisance et dans le chenal de l'Yzer. L'hiver est également le temps des examens de routine chez médecins et dentiste - avec cette année quelques visites des plus chez ce dernier!

 

Depuis que nous passons de longs mois loin de chez nous l'hiver est devenu avant tout le temps réservé à la famille et les amis. Mais le grand événement en ce début d'année 2012 a été la naissance de Lena, qui remplit de bonheur Helen et Olivier.

.

 

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille

Applaudit à grands cris. Son doux regard qui brille

Fait brûler tous les yeux ...

Victor Hugo, Les feuilles d'automne

 

Als 't kindje komt, juicht heel de familiekring. Men haalt het met een lachje en zoete woordjes in. Het schitteren van zijn oog deelt aan elks oog zich mede ... (vrij naar Hildebrand's vertaling)

 

The child comes toddling in, and young and old
With smiling eyes its smiling eyes behold,
And artless, babyish joy .
(transl. Henry Highton)

   

 

Lorsque le printemps vient chasser l'hiver, que les voiliers sont réarmés retrouvant ce lustre de début de saison qui fait tant rêver les voileux et que les premières sorties printanières attirent la curiosité des promeneurs sur les jetées, Léna a déjà deux mois; pour nous c'est le moment du retour en Grèce, car même si la séparation avec les enfants n'est pas facile, notre bateau nous manque, et notre nouveau projet nous appelle ...

 

 

 

Léna 22.03.2012

 

Retour à Lefkas ...

 

C'est une Grèce qui vient de se réveiller d'un hiver froid - plus rigoureux et plus humide que les précédents - que nous retrouvons à notre descente du ferry à Igoumenitsa, ce lundi après-midi 26 mars.

Partis de Nieuport quatre jours auparavant nous avons rejoint le port de Venise hier, dimanche 25. Voyage sans encombres par Lille, Reims, et Strasbourg, non sans avoir été, une dernière fois, embrasser la petite Léna et sa maman, Olivier enseignant en cette belle matinée de printemps à ses chers élèves les finesses techniques de l'évolution sur les barres parallèles. Halte à l' hôtel Etap de Sélestat - pour la commodité de l'arrivée et du départ - après près de 700 KM.

Le lendemain, vendredi 23, de bonne heure nous entrons en Suisse par Bâle. Par le tunnel du Saint-Gothard et le lac de Lugano, c'est vers les 15 heures que nous franchissons la frontière italienne. Nous avons réservé une chambre à l'Hôtel Maritan, à Padoue. Proche de la Veille ville mais situé non loin de la sortie 16 de la tangenziale cet hôtel dispose d'un parking privé, élément déterminant compte tenu de notre voiture hyper-chargée. Etant souvent passés par Padoue mais sans jamais nous y arrêter - victime de sa proximité avec Venise, pas assez éloignée de Vérone! - nous allons cette fois ( quelque peu ) réparer cette erreur ... et Padoue nous enchantera!

 

Petite visite de Padoue cliquez ici

 

Deux jours plus tard, le dimanche 25 nous embarquons sur le Kriti I de la compagnie Anek, compagnie qui les dernières années a eu notre préférence mais qui cette fois nous décevra plutôt. Départ prévu à 12H00 heure locale, mais les conséquences la grève des jours précédents n'ayant semble-t-il pas encore été neutralisées, ce n'est qu'à 14H30 que le Kriti I commencera la descente du Canal della Giudecca.

 

La descente du Canal della Giudecca

Palazzo Ducale, le Ponte di Paglia et - derrière dans l'ombre - le Ponte dei Sospiri, enfin libéré des affres de la restauration et de la robe publicitaire du sponsor

Le Kriti I longeant la côte albanaise et ses monts enneigés

 

Après une traversée longue de 25 heures au lieu des 22 heures les années précédentes - économie de carburant oblige, à ce que l'on murmure! - le ferry se présentera lundi à 15H00 au port d'Igoumenitsa. Il nous faudra patienter jusqu'à 17H30 avant de pouvoir prendre la route de Lefkas, un poids-lourd à destination de Patras dont le chauffeur avait apparemment oublié l'escale d'Igoumenitsa , bloquant la sortie de toutes les voitures ...

Passage par la marina pour nous rassurer quant à l'état de notre bateau que nous avons abandonné sur l'aire d'hivernage de la marina le 14 octobre - comme toujours avec un mélange de tristesse et d'inquiétude. Alors que lors de notre départ nous pouvions garer la voiture près de Nehalinnia nous retrouvons notre cher petit voilier bien caché derrière de très nombreux bateaux qui sont venus hiverner à sec. Rassurés, nous gagnons villa Athene ( lin site web, mise à jour 2013 ) à Apolpena, ayant prévenu Tony de notre arrivée tardive. Ce n'est qu'à notre table chez Sto Molo sur le quai heureusement encore désert des bruyants équipages des bateaux de location, et autres touristes - Frini nous ayant souhaité avec son large sourire kalo irtate -, que le stress du voyage tombe laissant la place à une douce et bienfaisante fatigue.

27.03.12 Lefkas. Petites occupations de routine lors d'un retour. Passage chez Vodafone pour le chargement de nos portables à carte prépayée. Actualisation des références de paiement de notre abonnement Vodafone Mobile Internet. Retour au bateau où nous rencontrons Leslie Wood de Ionian Composites qui met une dernière couche de gelcoat dans le puits de chaîne. Au bureau de la marina, réservation de la mise à l'eau de Nehalinnia. Coup de fil à Simon de Sivota Yacht Service pour nous assurer de sa présence lors de la mise à l'eau le 24 avril, suite aux travaux qu'il termine en ce moment. Contrôle de notre matériel et de la petite bicyclette entreposés dans la remise de la marina. Coup fil aussi à Neil Mc Robert pour le paiement de la rénovation du joint pont/roof. Passage chez Nikos Stamatakis de Ionian Marine Safety pour la commande d'un jeu de feux de détresse de remplacement. Retour à Villa Athene pour préparer les bagages et le matériel pour le bateau que nous laisserons dans la villa, et ce que nous devons emporter à ... Hortó.

Car demain nous partons pour Hortó.

 

et à Hortó ...

 

28-29.03.12 Hortó. L'itinéraire que nous suivons pour rejoindre Hortó nous est assez familier pour l'avoir pris déjà de maintes fois. Néanmoins après avoir suivi, avant le pont de Rio-Antirio la bifurcation vers Nafpaktos et Amfissa, nous nous étonnons à nouveau de la variété des paysages qui offrent en ce début de printemps un réveil des couleurs et des tons inconnus du voyageur de l'été. A Galaxidi où nous faisons une modeste pause-repas dans la petite taverne Liberty la jeune lumière illumine les neiges du mont Parnasse. Nous nous engageons ensuite sur la E65 qui par les montagnes nous mène d'Amfissa à Lamia, et qui reste gravée dans notre mémoire en tant que la route de la panne. Puis nous rejoignons la semi-autoroute-toujours-en-construction qui va d'Athènes à Salonique et que nous quittons peu après 16 heures vers Volos. La traversée de la ville se fait rapidement car à cette heure - et qui plus est par la fermeture le mercredi après-midi de la plupart des commerces - il y a peu de trafic contrairement à la circulation habituelle, intense et souvent chaotique. Il nous faut encore une bonne heure - arrêt au petit supermarché d'Argalasti compris - pour rejoindre Hortó. A 17H30 nous passons les grilles de la maison que nous allons préparer pour l'été.

 

 

 

 

C'est pour le charme de ce petit village, que nous avons découvert en 1992 sur notre route vers l'île de Lesbos et où nous avons ensuite passé trois merveilleux étés, que nous avons imaginé le projet du voyage que nous avons débuté en 2007 et que nous avons réalisé en amarrant Nehalinnia à au petit quai, sur ancre arrière, le 9 juin 2009. C'est pour le charme de Hortó que nous voulons refaire cette navigation à la fin de ce printemps et que nous espérons y passer l'été avec Olivier, Helen et la petite Léna.

 

 

 

Contraste ... à gauche: la petite jetée telle que nous la découvrons à notre arrivée le 28 mars 2012 - à droite: Nehalinnia amarré le 9 juin 2009. Symbole de cette Grèce blessée? mise à jour: tout juste avant 'le début de la saison estivale la jetée est réparée, il se dit qu'un reportage de la BBC n'y serait pas étranger!

 

15.04.12 Hortó. Cela fait un peu plus de deux semaines que nous sommes à Hortó. Nous avons organisé la petite maison à nos souhaits, égaillé la terrasse du bas de petites plantes à fleurs et terminé le nettoyage de l'allée et des terrasses. Après les arrosages des premiers jours, c'est la nature qui a pris le relais car la météo de printemps se montre capricieuse, alternant belles journées ensoleillées, principalement le matin, et jours où les averses sont nombreuses, amenant aussi une réelle fraîcheur.

 

 

 

 

Aujourd'hui, jour de la Fête de Pâques grecque, le soleil est bien présent et la température avoisine les 22 degrés. Nous avons pu, comme les années précédentes à Lefkas, nous rendre compte combien cette fête est importante pour les Grecs orthodoxes. Mais ici, dans ce petit village, tout est plus intime, plus familial.

Hier soir alors que prenions comme de nombreux soirs le repas dans la petite taverne Perigali - quelques barbounias et lavraki grillés, une salade mixte à l'huile d'olive, une plaque de feta saupoudré d'origan, le tout arrosé de vin blanc bien frais et d'eau - nous sentions - étant en cette avant-saison souvent les seuls clients -, l'attente, une certaine tension même, alors que minuit approchait. Toute la famille, les grands-parents, le jeune couple et ses deux petites filles descendus de Volos, se préparaient à gagner la petite église où déjà de nombreux villageois se pressaient. Alors que le service, qui avaient commencé quelques heures auparavant, évoluait vers le moment suprême, et que les oraisons par la voix de l'officiant, retransmise par un haut-parleur, s'intensifiait, la petite foule que deux autocars avaient grossi de voyageurs passant par là et que des habitants de villages voisins étaient venus grossir, approchait les deux cents personnes. Puis sur le coup de minuit alors que le prêtre entamait à l'extérieur du petit édifice le long et ultime récitatif pascal et que les cloches se mettaient à sonner, à la flamme sortie de l'église qu'on se passait, les cierges, dont tous les fidèles s'étaient prémunis, s'allumèrent et on commença à se saluer, se congratuler, s'embrasser, se souhaiter chronia polla, pétards et autres petits feux d'artifices illuminant et résonnant dans la nuit sans lune.

 

 

 

 

Ce dimanche midi nous sommes invités à partager avec Yiannis, sa famille et des amis, l'agneau pascal qui comme le veut la coutume est rôti à la broche. De nombreux mezze faits maison - tzaziki, tarama, une espèce particulière de chorta, olives, émincés de concombre et tomates, petits lachanopita, feta -, du kokoretsi - roulade de foie enrobé d'une lamelle de viande et d'abats à la broche -, plat typique de la Grèce continentale, précèdent le succulent plat d'agneau, juteux et tendre, accompagné de salades. Yiannis nous fait goûter le vin blanc de sa petite production pour usage personnel qu'il réalise sans le moindre additif. Puis c'est un choix de gâteaux qui sont mis sur la table sous la vigne - galaktobouriko ( feuilleté fourré de crème à la vanille ) fait maison, bavarois au chocolat et Black forest ( glykos bien tentants mais dont Eric devra s'abstenir pour cause de gluten! ). Cette hospitalité simple et chaleureuse, et l'ambiance amicale en cette fête de Pâques comptera parmi un de nos très agréables et nombreux souvenirs.

 

 

 

 

Mais le moment de retourner à Lefkas et de retrouver notre bateau approche.

 

Préparatifs ...

 

Lefkas 24.04.12 Nous avons regagné Lefkas le 17. Petit retour sur la semaine passée.

Mardi 17. Pour nous assurer quant aux heures de passage du pont à Chalkis ( Halkida ) lors de notre remontée par l'Eubée nous préférons aller voir sur place plutôt que de nous renseigner par téléphone. La police maritime nous confirme la fermeture le samedi et le dimanche ( outre les fermetures habituelles et mentionnées dans les pilotes ) comme cela avait été décidé l'année passée suite à l'abrogation des primes de week-end. En plus des changements réglementaires et administratifs, nous savons que maintenant en Grèce il faut aussi tenir compte de manifestations et d'actions syndicales et sociales souvent imprévisibles. Il est peu probable que les élections qui auront lieu le 6 mai apportent plus de certitude.

Entre Volos et Lamia les chantiers de l'autoroute sont visiblement toujours à l'arrêt: rien n'y a changé depuis notre premier passage en mars 2009, si ce n'est que tous les ouvrages commencés semblent se détériorer un peu plus au fil des ans! De Lamia à Chalkis ( mais alors nous ne sommes plus très loin d'Athènes ) l'autoroute est largement achevée et les (nombreuses) stations de péage fonctionnent! Nous paierons 10,25 euro pour l'ensemble du trajet. N'ayant pas tenu compte des retours vers la capitale lors de ce troisième jour de Pâques, nous nous retrouvons dans un trafic intense!

De notre halte à Chalkis nous profitons pour aller voir la petite marina - au sud de l'ancien pont - qui encore en chantier en 2009, est aujourd'hui terminée. Trois ou quatre concessions gèrent les quelques pontons où un nombre surprenant de bateaux sont amarrés sur pendilles ( eau et électricité, point de douches! ), le premier ponton ( sans eau ni électricité ) et une partie du quai pouvant être utilisés lors de l'attente de l'ouverture du pont. Nous décidons de faire de notre arrêt une pause-repas à la terrasse d'une des ouzeris et autres restaurants sur la rive continentale, face à la ville et avec vue sur le pont: sardines grillées, salade tomate-concombres-poivrons-olives-oignon, et tsaziki, une grande bouteille d'eau minérale ( c'est boire ou conduire ! ).

Chalkis : le vieux pont ...

... ouzeri Enarxi ...

... Chalkis Marina ...,

... et le ponton d'attente ...

Par la route de Thèbes et Livadia, nous atteignons après la traversée des contreforts du Mont Parnasse - laissant Delphes que nous avons visité plusieurs fois sur notre droite - le golfe de Corinthe à Itea. Pause-café à Galaxidi où de nombreux Grecs sont encore en vacances ( de Pâques! ). Puis par la route qui suit la côte nord du golfe nous rejoignons Nafpaktos. La pluie s'est mise a tomber. Sur la route vers Messolonghi puis vers le tronçon de l'autoroute Patras-Ioanina ( pratiquement l'unique section terminée ) à nouveau trafic intense ... mais dans le sens opposé cette fois. Les dépassements souvent risqués, la forte pluie et la mauvaise visibilité imposent une conduite prudente mais fatigante. De Amfilochia à Lefkas en passant par Vonitsa, la route est dans un état déplorable, les improbables mais gigantesques travaux de terrassement pour la nouvelle autoroute devant relier Igoumenitsa, par Preveza, à l'autoroute Patras-Ioanina, n'ayant qu'aggravé la situation.

Rapide passage par la marina. Simon Trippier n'a pas pu terminer la pose de l'arbre d'hélice car l'accouplement flexible ne lui a toujours pas été livré. Déçus et quelque peu inquiets pour date de la mise à l'eau nous rejoignons notre gîte à Apolpena en début de soirée.

Mercredi 18 et jeudi 19. Deux jours de pluie, la perturbation orageuse restant clouée sur place. Fraîcheur.

Vendredi 20. Une belle journée. Températures nettement au-dessus de 20 degrés mais le vent du sud apporte aussi de temps à autre les effluves de la gigantesque décharge! Cette météo clémente nous permet non seulement de laver le bateau, mais aussi de traiter le teck du pont et de polir la coque. Travail harassant mais que nous terminons en cette ( longue ) journée !

Lundi 23. Simon reçoit enfin l'accouplement flexible correct qui lui permet de monter l'arbre d'hélice. Un vrai parcours du combattant pour obtenir cette pièce commandée en janvier en Angleterre: envoi au concessionnaire grec, délai puis refus de livraison avant paiement ( car ici la confiance semble avoir totalement disparu au fil de la crise, compliquant si besoin était des livraisons déjà fort aléatoires ), nouveau délai, erreur de livraison, re-commande, retard encore, puis la pièce enfin arrivée à Lefkas n'est pas livrée par le transporteur, le problème des doubles frais de transport devant d'abord être élucidé!

 

 

 

Polissage de la coque, d'abord machinalement ... finition à la main !

 

Bien coincé ...

 

 

Mise à l'eau ...

 

Puis enfin, aujourd'hui le 24, Nehalinnia est mis à l'eau: manoeuvre compliquée inutilement par la négligence ou l'absence de planning ( cette fois? ) de la part de la marina, nécessitant le déplacement préalable de deux bateaux et le recours à la grue avant de pouvoir utiliser le portique; repose du safran par Simon, puis petites manoeuvres dans le bassin afin de lui permettre d'effectuer les ultimes contrôles d'alignement et d'étanchéité après les travaux.

 

       

 

 

 

A 16 heures Kaat met le bateau au ponton, dans un silence inhabituel, surprenant ... car suite aux modifications apportées par Simon, notre petit moteur est - après 6 ans! - un moteur presque silencieux!

 

Et nous, nous pouvons nous mettre au travail: un gros nettoyage intérieur s'impose, avant de passer au polissage du roof et du cockpit ainsi que le vernissage de la descente. Après l'habituel entretien de début de saison de l'accastillage, des winches et du guindeau, et le contrôle de la mâture, nous pourrons enfin sortir les voiles de leur sac....

 

 

 

 

 

Murphy ?

 

Lefkas Marina 09.06.12 Selon notre planning ( déjà revu! ) nous aurions dû commencer notre navigation vers Hortó à la mi-mai: hélas, ceci c'était sans tenir compte d'un enchaînement soudain de problèmes à l'installation électrique. Que notre planning était optimiste, cela est - après coup! - évident, car en cas de problèmes techniques sur un bateau en Grèce, actuellement, alors, il y a beaucoup à parier que la perte de temps sera importante, même si l'on a pu faire appel au meilleur, au plus dévoué, au plus motivé des techniciens - et c'était notre cas à en juger de la persévérance de Sinon Tripier ( Si vota Yacht Service )! Mais s'il faut patienter dix jours avant de voir arriver d' Athènes telle pièce, qu' ensuite telle autre pièce n'est pas celle qui a été commandée, ou lorsque tel manuel n'apporte point de clarté lorsqu'on cherche dans la connexion de tel appareil - ou d'appareils entre eux - une possible explication pour panne de courant intermittente, alors il ne reste que deux possibilités: soit la réinstallation de tout le circuit électrique, des batteries au tableau, y compris le remplacement après livraison directe depuis l'étranger de l'alternateur, du régulateur digital, de l'isolateur de batteries digital, du shunt, du chargeur de batteries, des interrupteurs principaux ét des câbles, soit en fin limier partir à la recherche du ou des coupables! La première méthode est sans doute plus rapide mais très coûteuse, l 8-sep-15ose de chance.

 

Lefkas Marina 14.06.12 Et cette chance, nous avons cru l'avoir samedi 9 juin, qu'alors, soudain, toutes les pièces du puzzle s'emboîtaient et que l'explication, la solution au problème apparaissaient, logiques, alors que trois longues semaines durant nous n'avions connu que déceptions successives face à la résurgence intermittente du problème. Et c'est donc avec trois semaines de retard que nous commencerions le 10 juin notre deuxième croisière vers Hortó - après cette première fois en 2009 ... si tout va bien!, pensions-nous non sans une petite appréhension. Mais à 20H30 notre espoir s'est évanoui. Pourtant toute la matinée avec Simon, ensuite l'après-midi, en tout bien 30 fois, nous avions testé avec succès le fonctionnement du système électrique au démarrage du moteur. Mais lors du dernier contrôle le problème apparut à nouveau. Lundi matin Simon décida malgré l'avis contraire du fabricant de remplacer le répartiteur électronique neuf ... Les jours suivants tous les - nombreux - tests furent probants. Mais entre-temps la météo avait changé: le vent du nord avait forci et les prévisions pour le prochains jours étaient très défavorables. Un départ avant jeudi en huit - le 22 juin! - semblait exclu ...

 

Dès notre arrivée en Grèce le 26 mars nous avions déjà dû abandonner l'espoir de commencer la navigation vers le Pagasitikos Kolpos à la fin de la première semaine du mois de mai - comme en 2009. La mi-mai nous paraissait alors réaliste. Mais cette date aussi s'avéra rapidement trop optimiste et au fur et à mesure nous furent contraints de reporter la date de départ. Aujourd'hui nous réalisons que le scénario d'une arrivée à Hortó à la mi-juillet ou même plus tard semble sur le point de se réaliser. Sur notre modeste voilier nous avons toujours, depuis 1995, privilégié la sécurité et nous avons toujours composé avec la météo en prenant de prudentes marges et c'est ce que nous voulons continuer de faire. Si les prévisions annoncent 6 à 7 bft pour Korinthiakos et pour Saronikos et N.Evoikos 8 bft, il serait absurde de quitter Lefkas pour se retrouver bloqué à Messolonghi! Si nous ne voulons pas risquer de gâcher en partie nos projets de vacances avec Olivier, Helen et la petite Léna alors il nous faut imaginer une bonne alternative afin d'amener le bateau à Hortó sans céder à la pression de l'urgence. Et Hortó c'est à 400 milles nautiques ...

 

C'est alors que Simon fait une proposition ...

Olympic Marina 27.06.12

Avec un couple de skippers-amis il veut convoyer le bateau sans escale jusqu'à Corinthe après quoi le couple de skippers amènerait le bateau à Hortó. Le skipper est très expérimenté et possède tous le certificats qui établissent formellement son expertise, ce qui est indispensable pour l'assurance du bateau. Tout se passe comme prévu jusqu'au cap Sounion. Mais quand un fort meltem se lève le RYA-offshore skipper doit donner forfait. Les prévisions météo ne laissent aucun espoir d'amélioration: pour les dix prochains jours des vents du nord force 6 à 7 avec rafales supérieures à 40 noeuds sont prévus pour cette mer resserrée entre le continent et l'île d'Eubée. Mais parce que le meltem semble s'établir avec plus de force et de constance cette année, nous prenons en accord avec le skipper une décision douloureuse mais rationnelle: Nehalinnia est temporairement sorti de l'eau et mis en sécurité sur le terrain d' Olympic Marine, la marina parfaitement équipée située à 7 milles au nord du cap Sounion et à cinq kilomètres au sud de Lavrio. Ainsi nous faisons le choix de la sécurité pour notre bateau et de la préservation du projet de vacances avec Olivier, Helen et Lenaki.

 

   

A 8 heures précises, Nehalinnia se présente à la cale

... après une décision rationnelle mais pas facile!

9 heures: alors que déjà le fort vent du nord s'est établi nous dessalons le bateau, nettoyons la coque et l'hélice.

 

 

L'été à Hortó : quand les voileux deviennent terriens et, néanmoins, passent un bel été en famille ...

 

   

Suivez ce lien et découvrez quelques scènes de notre bel été ...

 

   

30.08.12 Il est près de 22H30 quand nous regagnons Hortó: nous venons de faire plus de 900 km en voiture: un aller-retour à Olympic Marine-marina, quelques milles au nord du Cap Sounion et près de 50 km au sud-est d' Athènes. Sur l'aire d'hivernage sévèrement gardée - nous avons dû décliner notre identité par deux fois! - Nehalinnia nous attendait fidèlement. Quelque peu recouvert d'une fine poussière notre voilier avait résisté aux vents violents de l'été, mais après un rinçage à grande eau il brillait comme nous l'avions laissé fin juin. Nous apportions du matériel et quelques provisions car nous voulons reprendre ce transfert interrompu vers le golfe Pagasitikos et Hortó lorsque le fort vent du nord se calmera - mais les prévisions à 7 jours continuent d' annoncer 5 à 7 bft entre l'île d'Eubée et le continent, particulièrement pour le golfe d'Eubée du sud, Ν[OTIOS] ΕΥΒΟΪΚΟΣ.

 

... et l'automne ...

 

Hortó 11.10.12 Finalement nous avons décidé de laisser cet hiver le bateau à Olympic Marine: durant pratiquement tout le mois de septembre le vent a continué de souffler du nord 5 à 6 ( principalement ) dans le Evoikos kolpos et les deux ou trois jours de vent moins fort étaient un laps de temps trop court et étaient trop peu prévisibles pour entamer la navigation vers le nord le long des côtes de l'île d'Eubée où les (petits) ports sûrs sont rarissimes. Du reste, nous avions sorti le bateau de l'eau, et nettoyé la carène: le remettre à l'eau uniquement pour rejoindre le chantier à Pefkakia près de Volos et y ressortir de l'eau nous semblait, en ce milieu d'automne, assez absurde. Le tarif pour l'hivernage à sec à Olympic Marina ( contrairement à l'excessif tarif à flot! ) nous semblait parfaitement acceptable et le propriétaire du Pefkakia boatyard nous a immédiatement proposé de transférer les arrhes de 2012 à 2013.

 

 

Nous sommes donc retournés à Lavrio afin de préparer l'hivernage de Nehalinnia et de ce court séjour ( petit hôtel à 2 km de la marina sur la route de Sounio ) nous avons profité pour visiter à nouveau cap Sounion et le temple de Poséidon, il est vrai, pour la quatrième fois mais cela faisait maintenant plus de vingt ans! Nous trouvons toujours la vaste perspective du haut du cap plus belle que la contemplation du temple de la mer, vue pourtant bien impressionnante ( comme nous avions constaté en 2009 )!

 

Sur la route du retour, peu avant Lamia, nous faisons un petit détour par les Thermopylesles Spartiates furent massacrés par les Perses en 480 av.J.-C. . Du flanc de falaise, l'eau chaude soufrée bouillonne de la roche: le défilé emprunte son nom à ces sources thermales.

Il fait toujours très beau - autour de 27 à 30 degrés la semaine passée. Depuis la mi-juin nous comptons exactement 2 jours de pluie. Alors, hier enfin la grosse averse tellement attendue est venue soulager la nature assoiffée. Hortó a maintenant retrouvé cette douce quiétude de hors-saison, ce calme qui fait que tout mouvement, tout changement, toute présence sont immédiatement perçus. Et quand chaque après-midi nous allons nous baigner en empruntant le kalderimi pour descendre au village, rares sont les villageois que nous croisons et qui nous saluent - car notre présence seule, maintenant, nous rend acceptés comme faisant partie du village! Néanmoins nous sentons que les habitants se préparent aux grand travaux: la récolte de olives libérera dans cinq à six semaines les arbres lourds cette année d'un fardeau bien exceptionnel.

Tous les matins Kaat fait une bonne ballade avec Eirini, qui avec son partenaire Stathis tient l'excellent restaurant Evochia, où nous sommes allés presque tous les soirs; aussi nous sommes-nous liés d'amitié. Dimanche passé c'était le dernier jour d'ouverture saisonnière de leur restaurant: ils nous ont offert le repas; à l'anniversaire d'Eric ils nous ont même servi en guise de cadeau un souper à quatre plats avec vins personnalisés!

 

Bien que nous soyons occupés toute la journée, maintenant par le rangement, le nettoyage et le rinçage du matériel de bateau - rinçage des voiles, du taud, et de la capote -, par quelque travail d'entretien ou de peinture dans le jardin ou la maison, il y a aussi le temps de la lecture et le dolce farniente à la terrasse.Kaat a suivi un stage de plongée d'une semaine au  Pelion dive center - un beau petit récif de corail a pu être sauvegardé - et elle a obtenu le certificat 1st level Open water diver, e.a. après un examen pour lequel elle a dû bûcher durant trois longues journées!

 

En suivant ce lien vous découvrirez encore quelques belles photos prises cet automne!

 

Retour en Belgique ...

 

 

12.11.12 Après un voyage de quatre jours nous arrivons ce lundi en fin d'après-midi en Belgique. Avant de regagner notre appartement à Nieuport nous passons chez Olivier et Helen car nous sommes très pressés de revoir la petite Lena! Le bébé qui il y a trois mois alors âgé de sept mois tentait souvent en vain de se mouvoir est maintenant une petite fille qui vous suit à quatre pattes, traversant la pièce à vive allure, qui s'aidant de tout se redresse à tout bout de champ, cherche l'équilibre afin de faire ses premiers pas en toute autonomie, qui bien décidée, dans un charabia encore bien incompréhensible essaie de se faire comprendre ou se perd dans un monologue animé, qui passe d'un petit sourire espiègle ou d'un petit rire roucoulant à un regard sérieux ou soucieux même, qui avec détermination saisit la cuillère de panade de fruit ou qui à sa bouche porte de ses petites mains le gobelet à deux anses.

 

 

Nieuport. Lorsqu'une heure plus tard la porte de notre appartement se ferme derrière nous et que d'un regard encore quelque peu dépaysé nous redécouvrons ce lieu pourtant familier et accueillant par la chaleur qui émane des si nombreuses rangées de livres, par la douce lumière du midi qui illumine notre tableau préféré, par les tons profonds du tapis ancien qui couvre un des murs, alors, malgré la fatigue qui soudain se fait sentir, l'espace d'un instant images et souvenirs viennent s''imposer ...

 

A Olympic Marina, notre bateau ...

Horto, admirer un dernier coucher de soleil avant notre retour ...

Après notre embarquement à bord du Kriti II à Patras, le matin suivant le départ à 08H00 UTC+2 après l'escale d'Igoumenitsa

 

A bord du Kriti II, profiter du soleil d'automne encore chaud, derrière nous ... Corfou

Dimanche 11, 07H50 UTC+1, SE 7-8 bft: le Kriti II entre dans la lagune de Venise

Acqua alta, ce 11 novembre exceptionnellement haute à Venise! Forte di Sant'Andrea, Isola delle Vignole

 

Trois remorqueurs assistent le Kriti II ...

La mer envahit les quais ...

... la place Saint-Marc sous près d'un mètre d'eau ... ainsi qu'une grande partie de Venise

 

Nieuport 25.11.12 Alors que de nos amis de Hortó nous apprenons que là aussi le bel été indien se meurt lentement, que sur Volos plane la fumée de tant de feux de bois qui doivent remplacer le fuel domestique devenu impayable, et qu'ici les perturbations souvent accompagnées de vents forts liées à de profondes dépressions se succèdent, nous tentons de nous préparer à passer l'hiver sans trop de nostalgie ...

 

La Promenade le long de l'Yzer, les annuels travaux de dragage dans le port de plaisance du RYCN

Traversée de l'Yzer vers la réserve naturelle De IJzermonding par le bac

Sur la jetée Est, vue sur Nieuport-Bains

 

La suite de notre voyage: 4. La Grèce 7: printemps, été et automne 2013. Pf 11

Album-photos

Le temps qu'íl fait actuellement à Lavrio et Olympic Marina ? Cliquez ici!

Le temps qu'il fait actuellement à Hortó? Cliquez ici.

Retour à la page 4.Grèce 5: printemps et été 2011

Retour à l' Aperçu général, cliquez ici.

 

------> A l'attention de ceux qui désirent être informés de l'évolution de la santé de Mark (Mark Wicherley, s/y Options , maureenandmark.blogspot.com dispense un bulletin régulièrement mis à jour

 

Top
Updated 8-sep-15
   
webmaster Q-Webbels