Home Boot Bemanning Project Fotoalbum Logboek Kortom Contact Links Franšais English

Retour à l' Aperçu général, cliquez ici.

Nos pages en français (4.2)

 

 

3. l'Italie et ses îles, 2008

2. de Rome à Santa Maria di Leuca, et la traversée vers la Grèce (541 NM)

 

 

Planning provisoire et progression: voir la page "Italië1 " dans " Logboek ".

3. l'Italie et ses îles, 2008: 1. de Menton (F) à Rome Pf 4.1

Pour un aperçu et les ports, cliquez ici.

 

=========================================================

 

De Rome à l'île d'Ischia

 

  Roma to Ischia  

19.06.08 De Porto Turistico di Roma-Ostia à Nettuno. 27 milles, vent NW 2-3. Nous partons à 7 heures pour une étape assez monotone: il y a un reste de houle d'ouest assez désagréable qui vers 11 heures quand le vent monte légèrement s'atténue. Il y a eu beaucoup de vent ces derniers jours et nous avons eu aussi de la pluie et de l'orage, ce qui a considérablement retardé notre départ.

A midi nous entrons à Anzio mais il n'y a pas de poste-visiteur libre et au quai il n'y a pas de place suite aux travaux à Nettuno: le quai est occupé par les barges et bateaux des travaux d'agrandissement de Nettuno. Le mouillage est assez venteux par le vent de NW qui est dévié au Cap d'Anzio. Les ormeggiatori d' Anzio nous conseillent de tenter tout de même notre chance à la marina de Nettuno, 1,5 milles plus au sud. Nous avons entendu que suite aux travaux il n'y aurait pas de place à Nettuno et que les visiteurs seraient "chassés" de façon assez rustre! Quelques e-mails sur le site d'informations échangées de la Cruising Association confirment ces expériences! Kaat a pris des renseignements au Porto Turistico de Rome sur Nettuno et les problèmes pour trouver un poste ont été confirmés après un coup de fil de la Guardia Finanza à Nettuno.

Mais nous irons donc tout de même tenter notre chance à Nettuno, et surprise, après son appel VHF Kaat s'entend affirmer que nous aurons un emplacement! Quand nous entrons à Nettuno nous comprenons immédiatement le problème. Les travaux d'agrandissement sont très importants, plus importants que ceux prévus dans le schéma de notre pilote.

Stops: Roma Ostia, Porto Turistico - Nettuno - Gaeta - Isola dÍschia, Castello d'Ischia. Google Maps

 

 

   

Nous passons par de nouveaux murs intérieurs - l'avant-port a déjà sa nouvelle configuration, une copie du Porto turistico di Roma -, des grues sont en action, des coffrages de béton et des fers à béton sont visibles vraiment partout, de grands caissons en béton sont immergés : un vrai labyrinthe avant que n'apparaisse le maître de port gesticulant aimablement - mais non sans exagération ! - , nous ne sommes donc pas "chassés"! Reste à savoir pourquoi. Notre emplacement est tout juste près de la Capitainerie et des sanitaires, confortable ... et même calme! Alors la suite du mystère? A l'agence, Sailing Yachts qui détient la concession de notre emplacement, on nous expliquera que la plupart des ormeggiatori ne connaissent pas d'autre langue que l'italien et qu'ils sont submergés de questions et de demandes de la part des visiteurs étrangers, questions auxquelles ils sont incapables de répondre ... le visiteur déçu et incompris prendrait les gestes et les mots d'impuissance pour " être chassé de façon assez rustre "... Croira qui voudra. Quoi qu'il en soit, à nouveau nous nous rendons compte de l'importance d'une bonne communication: ainsi notre réponse à la faiblesse langagière des Italiens - à savoir notre capacité - non pas excellente mais suffisante - de communiquer en italien, est LA (seule) bonne réponse! Encore merci donc à Patrizia de Menton, notre professeur d'italien (voir Kortom, Menton), et merci ... à nous-mêmes, qui avons travaillé pendant un an la méthode Assimil!

 

Une brève visite de la vieille ville, une agréable terrasse, quelques achats dans le nouveau quartier, une rapide promenade par le Lungomare et voilà que Nettuno n'est pour nous plus une ville inconnue!

 

20.06.08 De Nettuno à Gaeta. Nous profitons du beau temps pour descendre plus rapidement vers le sud: le temps perturbé nous ayant déjà suffisamment retardé, nous n'irons ni dans l'Isole di Ponza ni à Ventotene.

Aujourd'hui nous partons pour Gaeta: 50 milles à parcourir, départ de Nettuno à 06H30, cap compas 130°, mer plate, vent à 060° 9 noeuds. A l'est de Nettuno il y un important camp militaire d'où sont effectués des tirs en mer, ce qui oblige le navigateur à ne pas se rapprocher de la côte à moins de 7 milles. Hier la vedette de la Guardia Finanza nous a appelé - c'est eux qui ici montent la garde - et ils ont voulu connaître nos intentions. Nous savons maintenant que nous devons avoir quitté le secteur interdit à 08H00, ce qui est parfaitement possible en partant avant 07H00 ( notre conversation a, à nouveau, dû s'effectuer en italien ... ) ; sur le NAVTEX aucune mention des tirs et nos cartes ne donnent aucune indication (voir le Pilote, de Rod Heikell).

A 10H30 nous sommes à 5 milles du Capo Circeo; nous avons enroulé notre foc car le vent est au 010°.

A 11H30 nous passons ce cap célèbre relisant le résumé des chants VIII (446-448), IX ( 31-32), X t XI dans notre édition de l'Odyssée. Plus rapidement que le héros d'Itaque, qui passa un an auprès de Circée, nous nous échappons! Lorsque nous laissons l'imposant cap derrière nous et que nous faisons route plus vers l'est le vent mollit complètement. Entre-temps il fait de plus en plus chaud et le soleil est au zénith dans un ciel immaculément bleu. D'une météo de printemps précoce - venteuse, fraîche et instable - nous nous retrouvons comme au coeur d'un été fort chaud.

Derrière le cap, voici l'agréable San Felice di Circeo - un petit port assez plein que nous gardions néanmoins en réserve. Terracina est à 5 milles à bâbord lorsque soudain apparaît sur tribord un petit ferry. Il approche à grande vitesse. Kaat l'appelle car il semble nous ignorer, il ne répond pas mais il se déroute de quelques degrés.

La côte est maintenant à environ six milles. La plupart du temps nous sommes seuls en mer: parfois nous croisons un rare voilier, tantôt nous devons nous écarter de notre route pour ne pas gêner un pêcheur. La navigation est donc bien paisible, même si un bateau moteur ou un yacht passe à grande vitesse causant alors pour un moment un clapot inconfortable et agaçant. Nous gardons une veille attentive car dans ces belles eaux bleues flottent de très nombreux sacs en plastique et autres restes polluants!

 

  Approche de GAETA  

A 16H10 nous entrons dans la grande Rada di Gaeta.

La Base Nautico Flavio Gioia est tout juste au nord derrière l'importante base de la marine où un imposant bâtiment militaire est protégé par un énorme barrage flottant. A 16H45 nous nous amarrons: notre GPS indique exactement 49,5 milles.

Nous sommes vendredi soir et le week-end s'annonce. Si nous voulons éviter la foule dans les îles Flegree dans le nord-ouest du Golfo di Napoli, alors prolonger d'un jour notre escale de Gaeta nous semble une bonne option; et puis la ville est agréable avec ses petites rues animées et l'ancien quartier San Erasmo à la Pointe de Gaeta est charmant, et en prime, la vue sur la large baie avec les hautes montagnes arides à l'arrière est magnifique.

 

22.06.08 De Gaeta à l'Isola d'Ischia. 06H45. Notre thermomètre extérieur indique déjà 25°. On annonce peu de vent; la traversée vers les îles d'Ischia et de Procida - 35 milles -s'effectuera donc au moteur. Parfois nous pourrons dérouler notre génois mais nous serons toujours à la limite du près serré.

Ischia apparaît rapidement dans l' horizon brumeux. Une île appelle souvent ce sentiment si particulier, mélange d'attente, de bonheur solitaire, de paix, d'inquiétude aussi.

Et bien qu'Ischia ne soit pas la Corse, c'est par les chants d'I Muvrini que nous nous laissons bercer musicalement. Isole, ce chant bien que moins récent nous enivre, emportés sur cette mer à peine ridée, chargée de tout son charme mythique et suggestif.

11H00: Ischia est à 15 milles. Sur notre tribord, à 2,5 milles, Concordia - un Contrast 33 - des Danois Niels et Janne nous précède quelque peu. Ils ont quitté Gaeta peu après nous et nous ont rapidement rattrapé notre petit voilier qui s'en tient à une vitesse de 4,5 à 5 noeuds car notre carène commence à montrer des signes d'encrassement: des salissures verdâtres apparaissent; nous comptons caréner à Tropea. Nous avons rencontré Niels et Janne une première fois à la fin de notre traversée de la France, à Avignon. Ils ont passé l'hiver à Barcelone. Puis, soudain, dans le Porto turistico di Roma, ils ont réapparus et nous avons échangé quelques souvenirs, des expériences aussi, et nous les avons mis au courant des problèmes à Nettuno.

12H00, le vent fraîchit quelque peu, et ayant à nouveau déroulé notre génois c'est sur l'autre bord que nous nous retrouvons à nouveau ... au près serré; mais, pas question d'arrêter le moteur, car le vent est toujours trop faible.

Deux heures plus tard nous mouillons au sud du Castello d'Ischia. Bien que le mouillage soit interdit ici en plusieurs endroits, les bateaux sont très nombreux ce dimanche après-midi. Les gardes-côte qui patrouillent n'en ont cure: ils sont là avant tout pour verbaliser les parents qui laissent leurs enfants parfois très jeunes naviguer en annexe! A huit heures la plupart des visiteurs ont déserté le mouillage; ils ont traversé la baie de Naples animés par la folle fébrilité du retour vers les ports et "la maison", comme tous les dimanches soir. Sept voiliers étrangers resteront: ils passeront la nuit ici. Le mouillage est charmant mais assez agité comme le signale Rod Heikell.

Ce n'est que vers les trois heures d'une nuit éclairée par la lune, que le mouillage trouve enfin calme et repos ...et nous aussi!

 

De l'isola d'Ischia à Tropea

 

23.06.08 D'Isola d'Ischia à Amalfi. A 07H00 nous levons l'ancre. Nous voulons aller à Amalfi en longeant cette belle Costiera Amalfitana, décor de nombreux dialogues dans notre manuel d'italien, Assimil.

 

  Ischia to Camerota  

C'est une navigation d'environ 30 NM le long d'une des plus belles côtes d' Europe qui nous attend: d'abord au large de l' Isola di Procida vers l'Isola di Capri et la Punta Campanella - la traversée du Golfe de Naples - puis par la côte amalfitaine et la réserve marine des minuscules îles " Li Galli " , vers Positano et le charmant petit port d'Amalfi.

L'endroit est hypertouristique mais l'arrivée est tellement belle que nous ne voulons en avoir cure. Le port, derrière la petite jetée, compte quelques pontons rudimentaires gérés par quelques loueurs. Le propriétaire de la petite entreprise Coppola nous a promis une place quand nous l'avons appelé ce matin.

Il est 14 heures quand nous pénétrons dans le port, et que Coppola, venu à notre rencontre, quitte son canot et monte à bord de notre voilier; il prend la barre pour "poser" - selon son propre mot - notre bateau avec adresse au ponton, un service personnalisé pour chaque visiteur, à l'entendre, mais selon nous avant tout un moyen d'éviter les problèmes et de la casse !

Stops: Isola dÍschia, Castello d'Ischia - Amalfi - Agropoli - Camerota. Google Maps

 

   

16 heures. Il fait très chaud maintenant dans la cuvette du petit port: la haute falaise rocheuse empêche le vent déjà très faible de pénétrer. Cela ne s'améliore pas quand un bateau moteur assez haut, dans le style tupperware, est amarré à côté de nous. Nous nous servirons de nos grosses défenses utilisées dans les canaux pour nous défendre, car notre voisin prend pas mal de place. Mais pour le charme d'Amalfi nous oublierons bien vite les inconvénients!

24.06.08 D'Amalfi à Agropoli. Malgré notre insistance, Coppola est apparu assez tard: payer c'était pour " domani", et puis avec les amarres du "tupperware", pas question de pouvoir sortir sans l'aide du maître des lieux.

Nous partirons donc plus tard que d'habitude. Il est 08H30 lorsque quittant Amalfi nous prenons une dernière photo. Il y a 26 milles jusqu'à Agropoli de l'autre côté du Golfo di Salerno. A nouveau la mer est d'huile, le vent variable, à dominante E puis W.

A 12H30 nous sommes au "free-quay" d' Agropoli. Nous avons dû utiliser notre ancre car ici il n'y a pas de pendilles!

 

25.06.08 D'Agropoli à Camerota. Une étape de 35 milles le long d'une jolie côte, par vent faible et variable, 4-10 nds. Le paysage est pour la plupart du temps un peu monotone mais plaisant encore: les collines alternent avec quelques champs, les habitations sont groupées. C'est la côte de Campanie telle que nous la voyons de notre voilier à un demi-mille sur une mer bleue et calme. Nous avons introduits dans notre routeur deux points de route remarquables: l'un à la Punta Licosa, l'autre à l'imposant Capo Palinuro. Nous avons quitté Agropoli à sept heures pile et à 13H45 nous amarrons Nehalinnia dans le petit port de plaisance de Camerota - le port de pêche est situé le long du mur sud alors que nous avons un emplacement dans La Marina de il Leone di Caprera sur le ponton NW.

Camerota est un petit port animé mais sans plus, joliment situé à cinq milles environ au SE du Cap Palinuro où quelques belles grottes doivent attirer les visiteurs. Ici aussi nous sommes un des rares bateaux étrangers. Que nous sommes en Italie du sud nous le constatons aussi sur notre thermomètre: à 10 heures ce soir il indique encore 27°! Peut-être que cette température élevée explique la grande concentration de salons de glace: nous n'avons pu résister à l'excellente glace de la Pasticeria e gelateria Napolitana, connue ici de longue date et située juste au-dessus du port.

 

26.06.08 De Camerota à Cetraro. En exactement 7 heures nous parcourons les 36 milles, au moteur et grand-voile haute. Parfois nous pourrons même dérouler notre foc pour quelques milles, puis le vent faiblit à nouveau.

Peut-être un changement de temps s'annonce-t-il à nouveau, et sera-ce la fin de la canicule. Dans le ciel bleu apparaissent des nuages alors que l'humidité augmente et que la visibilité diminue - elle n'est du reste la plupart du temps que très moyenne.

 

   

Le port de Cetraro [mise à jour 2013: http://www.portocetraro.it/ nouvelle marina] est joliment situé, avec cet arrière-pays vert - les collines - et aride à fois - les montagnes. Lorsqu'on quitte le port on se retrouve dans une sorte de désert et il faudra alors une demi-heure de marche pour atteindre le village.

Nous sommes amarrés le long du quai "libre", cinq à six bateaux. Le propriétaire du petit restaurant situé un peu plus loin fait de allées et venues: il tente de vendre ses services et d'attirer les clients. Ses services sont très limités: prendre les amarres et donner quelques renseignements évidents, mais il assure que l'on peut s'adresser à lui pour tout problème. Pour ses "services" il fixe lui-même un prix en fonction de la longueur du bateau, qu'il "propose" avec quelque malice. La plupart ne refusent pas - nous non plus ... Est-ce de l'escroquerie? Les attitudes et les témoignages diffèrent - nous en avons trouvés plusieurs sur internet car il s'agit ici d'une "vieille histoire", et le gars bénéficie maintenant d'une certaine célébrité! Renommée d'infâmie ou sollicitude particulière, ambiguë et très intéressée, bien typique de cette Italie du Sud?

Ce soir nous allons souper dans le restaurant de cet homme qui mêle à la fois des traits sympathiques et un côté à l'évidence trop intéressé. Mais après notre conversation au sujet de ses "services" bien connus maintenant, il semble s'en inquiéter quelque peu. Francesco Vaccaro est le propriétaire du restaurant-pizzeria Gambero Rosso le seul dans les environs du port. Nous y mangeons bien: un antipasti de poulpe et de moules (cuites!), una prima de raviolis farcis au thon (Kaat) et une insalata mista (Eric), comme secunda des gambas et un pavé d'espadon grillé, le vin blanc bien frais della casa - il nous est offert! - et nous terminons par un sorbet au citron.

 

Stops: Camerota - Cetraro - Tropea - Reggio di Calabria - Sicilia, Riposto. Google Maps

A la modeste terrasse du petit restaurant, quelques tables sont occupées, dont une par des Italiens dont nous ferons la connaissance: la proximité de nos tables et de nos bateaux conduisant tout naturellement à des échanges d'expériences et d'impressions ... en premier lieu concernant le restaurant et Francesco Vaccaro! Voici donc une agréable occasion - plutôt inattendue de surcroît - d'exercer notre Italien, et ... de faire corriger nos fautes tout en apprenant de nombreux renseignements très utiles! Partis de Nettuno où ils disposent d'un emplacement, ces Romains sont en route vers les îles Eoliennes avec leur Grand Soleil 43. Leur présence ici nous rassure quelque peu quant à la qualité de la table et les agissements du restaurateur!

 

27.06.08 De Cetraro à Tropea.

16.30 : Porto di Tropea, nous amarrons. L'emplacement que l'on nous a alloué est quelque peu déroutant: le plus petit voilier de ce port nouvellement aménagé a pour voisin une des unités de luxe les plus connues en Italie: le Puritan.

 

   

 

A 06H30 nous avons quitté Cetraro pour suivre un cap plein sud qui nous a progressivement soustrait la côte à notre vue.

Les orages, d'abord annoncés, avaient disparu ce matin des prévisions. La Calabre en restera épargnée. De nébulosité variable la couverture nuageuse est devenue menaçante mais nous avons finalement parcouru les quinze derniers milles sous un ciel bleu et un soleil éclatant.

10 heures de navigation au près mais avec un vent tout juste suffisant pour que notre foc de route contribue à la progression, somme toute relativement satisfaisante: malgré les salissures de la carène nous avons conservé une moyenne de 5 noeuds avec des pointes de 6, le moteur tournant au deux tiers de sa puissance.

 

 

 

 

Maintenant que nous sommes arrivés à Tropea nous voulons prodiguer quelques soins à notre bateau et plus particulièrement à la carène - les derniers jours les étapes successives ne nous en ayant pas laissé le loisir.

Kaat a déjà pris contact avec le chantier qui pourra s'occuper de notre bateau lundi!

 

 

 

 

01.07.08 Tropea. Hier donc " journée-soins-au-bateau": le matin la coque a été nettoyée à la haute pression par le chantier, l'hélice aussi a eu droit aux soins appropriés.

Une vidange d'huile - la troisième au cours du voyage - devrait garder le moteur en bonne forme.

Notre escale de Tropea est aussi l'occasion de compléter nos provisions et de faire le plein de carburant.

 

   

Après deux ballades-découvertes nous pensons que Tropea est sans aucun doute un lieu agréable pour une escale prolongée. Nous décidons de rester encore un jour de plus.

La journée de plage a comblé nos désirs de farniente et la température très agréable de l'eau de mer était une invitation à la baignade permanente!

Nous avons pris congé de nos amis Italiens après un apéritif dans notre cockpit et une soirée commune au restaurant: ils passeront leurs vacances sur l'île de Salina.

 

 

 

Le détroit de Messine:

de Tropea à Reggio de Calabre, et vers Riposto en Sicile, au pied de l' Etna

 

   

 

02.07.08 De Tropea à Reggio di Calabria. A 06H30 nous quittons le très agréable Porto di Ullisse de Tropea.

Pour la première fois au cours de notre voyage nous avons fait des calculs de courant. Le Détroit de Messine n'est pas seulement un passage très fréquenté: il est aussi célèbre - et était redouté autrefois - pour ses courants et ses remous.

Certains compagnons d'Ulysse ont été dévorés ici par les chiens de Scylla. Le choix de Charybde était pour les navigateurs de l'époque mythique tout aussi dramatique.

Des expressions dans nos langues modernes témoignent de ce dilemme tragique [ Entre Charybde et Scylla ].

 
   

With thanks to our friends of the Danish Concordia

     

 

 

   

Pour nous les choses se présentent de façon plus prosaïque: le courant S commence 04H30 après PM Gibraltar, au large de la Punta Pezzo.

A notre tribord apparaissent maintenant de grands navires qui doivent suivre le TSS de cet important Stretto di Messina (instauré par l'Italie mais non-reconnu par l'OMI). Nous devons également prêter attention aux navires qui se rendent dans le port commercial de Gioia Tauroz - il y en a un qui vient tout juste de croiser notre cap - et aussi aux bateaux de pêche - e.a. ceux qui pêchent l'espadon - de Bagnara Calabra et de Scilla: "assurer en permanence une veille appropriée en utilisant également tous les moyens disponibles": notre radar sera donc en veille constante! Tout ceci nous rappelle nos croisières estivales en Angleterre, nos traversées des chenaux d'accès aux importants ports de la Mer du Nord et de la Manche. Mais petite différence tout de même: ici près de l'écran du radar il fait 34°!

11H35. Scilla est à notre bâbord; nous continuons à suivre la ligne côtière dans l' (imaginaire!) Inshore traffic zone. Le courant favorable nous permet de progresser à une vitesse de 6,7 noeuds sur le fond. Le Détroit de Messine commence au Capo Peloro, de l'autre côté du Détroit en Sicile: c'est aussi l'endroit le moins large.

12H15: nous faisons 8,6 nds sur le fond à la Punta Pezzo où est situé le port de Villa San Giovanni. Le trafic des ferries y est intense et il est important que nous suivions soigneusement notre cap afin de ne pas rendre plus confuse une situation déjà assez compliquée.

Un ferry quitte Villa San Giovanni machines tout arrière et vire tribord quand nous sommes à sa hauteur; notre moteur tourne à plein régime quand nous voyons sa proue pointer dans notre direction quelques centaines de mètres; espérons que sur le pont ils ne sont pas distraits, qu'ils nous ont vus et qu'ils savent ce qu'ils font. Lentement le ferry prend de la vitesse, la proue toujours en notre direction; tendus nous suivons son évolution, très lentement il approche, encore; les secondes durent des heures, et puis, presque imperceptiblement l'avant côté tribord disparaît de notre champ de vision jusqu'à ce que nous ne voyions plus que son côté bâbord et qu'il commence sa traversée du Stretto di Messina passant alors largement derrière nous ...

 

 

   

A 13H40 nous entrons dans le port de Reggio (di) Calabria, dix minutes plus tard nous attachons nos amarres, imités en cela quelques instants après par le Concordia. Le petit port de plaisance est situé à gauche dans le port des ferries, l'entrée tout juste derrière le feu rouge de bâbord de la petite jetée. Coincé entre la route express, le port des ferries et la route d'accès au port, ce n'est pas un emplacement de tout repos, mais il n'y a pas de véritable alternative.

Reggio de Calabre détruit par deux fois dans un passé pas tellement lointain - un tremblement de terre et la deuxième guerre mondiale - n'est pas la ville la plus charmante!

Nous avons quelque inquiétude au sujet de nos batteries - seulement vieilles d'un an - car notre chargeur reste constamment en phase boost lors de l'alimentation à quai et ceci même après des heures de navigation au moteur. Ni le pèse-acide ni le contrôle du niveau de l'électrolyte n'apportent de réponse; nous tentons donc d'oublier les soucis techniques et la vue peu charmante ....

Voir aussi: http://www.italia.it/fr/decouvrez-litalie/calabre/reggio-de-calabre.html

 

 

03.07.08 De Reggio (di) Calabria à ... Riposto, en Sicile. 06H00. Nous nous préparons au départ. Aujourd'hui jour impair: nous passons donc à la batterie n° 1. Pas de courant. Rien. Morte. Rapidement nous comprenons que nous devrons remplacer les deux batteries, reliées en parallèle. Par bonheur Kaat avait déniché hier un revendeur de batteries, "simplement, pour le cas où ...". A huit heures nous sommes devant les volets baissés. A 8H32 quand ce magasin bien tenu ouvre ses portes nous savons qu'il nous faudra attendre jusqu'à 10H30 les nouvelles batteries: une heure et demie est le temps de charge minimal absolu pour nous préparer les batteries neuves, stockées à sec, selon le technicien. Le propriétaire s'occupe personnellement de nous et nous invite à prendre le petit déjeuner dans un agréable bar situé à proximité. Quand il nous quitte nous ayant reconduits au port avec nos batteries neuves nous pensons pouvoir régler rapidement le problème. Mais qui affirmait qu'un contretemps n'arrive jamais seul? Lors du montage le câble de masse casse à la cosse: une petite pièce de raccordement qui n'avait pas été remplacée lors de l'installation du nouveau moteur il y a deux ans et demi: manque de prévoyance. A nouveau, perte de temps.

 

 

 

12H30 Nous quittons Reggio, stressés et fatigués. Equipés de nos batteries neuves nous sommes en route vers ... la Sicile!

Trop tard pour les 63 milles vers Rocella Ionica. Et nous ne pouvions pas rester plus longtemps à Reggio non plus car les postes "visiteurs" sont avant tout les emplacements de la compagnie de charter Spartivento et leurs bateaux reviennent ce soir, donc plus de place pour nous!

Le port des ferries ne nous semble pas une bonne option, de plus que nous avons quelques doutes quant à l'évolution météo. Alors départ pour Riposto, juste au sud de Taormina: nous y verrons l' Etna de près et n'allongerons l'étape de Rocella que d'une huitaine de milles.

Si la météo nous obligeait à prolonger l'escale, ce devrait être dans un lieu agréable! Un retour vers Tropea, voire vers Messine, donc le repassage du Détroit ne nous semble pas sensé!

 
   

18H30 Nous amarrons dans le Porto dell' Etna. Kaat a contacté le port avant notre départ de Reggio. 36 milles en six heures le long d'une petite partie des côtes siciliennes, aventure inattendue, mais ce sera surtout Taormina qui forcera notre admiration.

Quand ce soir l'Etna sort de son enveloppe de brume nous avons une vue impressionnante sur ce monstre de plus de 3000m crachant du feu: toute la nuit les deux coulées de lave qui sont visibles de notre cockpit colorent de rouge les flancs de montagne très habités, deux veines incandescentes dans une nuit quelque peu surréaliste.

 

 

06.07.08 Riposto. Hier nous avons visité Taormina.

De Riposte - la gare est à un quart d'heure du port - le train nous a emmené en vingt minutes à la belle ancienne gare de Taormina d'où un bus assure en 10 minutes la liaison avec la ville.

Du Teatro Greco - l'antique théâtre construit par les colons grecs au IIIe siècle avant notre ère et transformé par les Romains - nous avions une vue splendide sur l'Etna ainsi que sur tout le littoral en contre-bas.

Notre promenade par l'artère principale - le Corso Umberto - nous a mené par les trois anciennes portes, par la piazza del Duomo et la cathédrale, à la piazza 9 Aprile d'où à nouveau nous pouvions admirer le très beau panorama sur le Golfe de Taormina.

 

   

 

 

       

 

 

   

Riposto est une ville un peu poussiéreuse - les poussières de cendre de l'Etna sont omniprésente - dotée d'un port de pêche transformé récemment en agréable marina. Le front de mer aussi devrait être rénové mais en Italie, et en Sicile en particulier, le planning est un concept assez vide de sens. Lors d'une promenade dans Riposto il apparaît que urbanisation et entretien de bâtiments n'appartiennent pas au vocabulaire courant! Riposto c'est un peu de passé oublié, c'est un peu de Sicile profonde que le port de plaisance confronte brutalement au XXIe siècle.

Et, le Porto dell'Etna est en cours d'agrandissement, les travaux devraient être terminés en novembre, doublant par ce nouveau port public le nombre d'emplacements. Le port est bien situé avec en arrière-plan le fascinant Etna, il offre de bons équipements, l'accueil est excellent et les services sont parfaits. Néanmoins il y a deux point noirs: les innombrables sacs en plastique qui flottent dans le port sont la preuve visible du désintéressement total quant à l'environnement - l'écologie semble un concept inexistant ici -, et, le clapot presque continu dû au ballet agité et incessant - absurde et inutile - des ormeggiatori, alors que la vitesse réglementaire est limitée à deux noeuds! A leur décharge, il y a les appels continus de tout bateau (italien) quérant leur assistance pour l' amarrage - pratique quasi générale en Italie, preuve à nos yeux d'une mentalité seigneur/serviteur et d'un manifeste ... manque de savoir-faire!

 

 

Le long de la côte Est de la Calabre: de la Sicile à Ciro Marina

 

     

07.07.08 De Riposto, en Sicile, à Rocella Ionica, SE-Calabre.

05H15. Nous quittons le Porto dell' Etna. Il y a 73 milles jusqu'à Rocella Ionica dans la "semelle" de l'Italie.

La mer Ionienne est comme un miroir. L'Etna crache toujours son nuage de fumée chargé de cendres.

 

Thanks to our Danish friends from the Concordia

       

12H50, nous avons Capo Spartivento à 1NM à bâbord. Le vent fraîchit un peu quand nous mettons notre cap au NE.

 

   

13H30 Nous sommes sous grand-voile et avons pris un premier ris et frappé une retenue de bôme, notre foc high aspect est complètement déroulé et le moteur tourne aux 2/3 de son régime maximal; vitesse 6 noeuds sur le fond.

16H00 Kaat appelle la Guardia Costiera de Rocella pour les informer de notre arrivée et demander un poste; c'est eux qui contrôlent la partie publique du port et on nous a vivement conseillé à Riposto d'annoncer notre arrivée. Le vent - arrière - a forci jusqu'à 22nds (ap.).

A 18H30 nous arrivons à Rocella: nous avons soigneusement préparé l'arrivée car par l'ensablement de l'entrée et en l'absence évidente de tout balisage , nous devons effectuer une belle courbe afin d'enter bien dans l'axe, au milieu de l'étroit chenal (... présumé!).

Notre homme de la Guarda Costiera en uniforme d'un blanc immaculé nous fait de grands signes: quatre bateaux sont entrés en se suivant et l'attribution des postes en est quelque peu perturbée. Finalement nous nous verrons attribuer un bon poste compte tenu de l'état du port, le long d'un catway tout bringuebalant et à moitié défoncé au grand mur E.

 

 

 

 

Nos amis Danois ont moins de chance: leur beau Contrast 33 assez bas risque d'accrocher sous le renforcement en béton du quai le long duquel ils sont amarrés. Kaat négociera avec la Guarda Costiera pour qu'ils puissent se mettre à couple avec nous.

Rocella Ionica est un port relativement neuf - construit comme toujours ici avec d'importants subsides européens: les travaux ne sont pas achevés, les raccordements d'eau n'ont pas encore été effectués que déjà certaines prises sont détériorées ou sont déjà manquantes, les raccords électriques n'ont pas été faits et le béton présente déjà d'importantes traces de pourrissement; sans doute les travaux n'ont-ils pas été effectués soigneusement ... ce qui est un euphémisme!

Mais Rochella est l'inévitable halte entre Reggio ou Riposto et Le Castella ou Crotone, port plus important mais moins agréable. Saline Joniche, au sud, dont l'accès n'est plus réellement possible est exclu pour des raisons de sécurité. Si le lieu bien entouré de verdure n'est pas du tout désagréable, l'absence d'équipements - un restaurant mis à part - et les six kilomètres jusqu'à la petite ville en font une halte indubitablement moins idéale! [ mise à jour 2013: Porto-delle-Grazie ]

08.07.08 De Rocella Ionica à Le Castella. 06H00. Avec six autres bateaux - la flottille est maintenant bien internationale! - nous quittons Rocella Ionica. Jusqu'à Punta Stilo (08H00) nous avons peu de vent: une légère brise du matin caresse la mer presque plate. La prévision annonce 15 nds de NW à Punta Stilo, puis l'après-midi vers Capo Colonne le vent devrait souffler 10 nds du S.

Stops: Tropea - Reggio di Calabria - Sicilia, Riposto - Rocella Ionica - Le Castella. Google Maps

 

Ayant tout juste passé Punta Stilo, nous remarquons qu'un voilier devant nous prend soudain une sérieuse gîte. Alors que nous prenons deux ris, nous traversons un mur de chaleur: la déviation à Punta Stilo, l'accélération qui l'accompagne et les températures matinales déjà très élevées produisent un renforcement soudain et brutal du vent - donc souvent inattendu - : notre anémomètre marque constamment 24 noeuds. La traversée du Golfo di Squillace - 36 milles - se fera en ce qui concerne le vent en deux phases: une première qui verra le vent mollir quelque peu lorsque nous nous éloignerons de Punta Stilo - notre cap est au 035°, vent (ap.) 055° de 15-18nds; une deuxième phase à partir de 13H00, avec un réchauffement sensible et vent (ap.) 070-055°, qui forcira à 20-27nds.

 

Nous faisons route vers Le Castella, décrit comme charmant. Ce matin vers 10H00 Kaat a téléphoné à la Lega Navale: il n'y a pas beaucoup de possibilités mais après avoir insisté aimablement - en italien! - elle réussit à obtenir une réponse plutôt positive.

Quand nous voyons enfin vers 14H20 l'entrée du port se démarquer bien qu' assez peu clairement de la côte, la mer est déjà bien formée et nous comprenons qu'il n'y aura pas de place à l'erreur: l'entrée est étroite et ouverte vers le N derrière la nouvelle jetée sud qui est ouverte vers l'est; en contre-bas de l'entrée N - petit promontoire naturel - de nombreux rochers immergés. L'entrée se fera donc obligatoirement par l'est et en tenant bien le milieu du chenal. Nous avons déjà enroulé notre foc mais nous n'affalerons la grand-voile que lors de la manoeuvre d'entrée car à ce moment-là nous nous trouverons face au vent - notre anémomètre marquera 37 nds au moment où Eric affale la grand-voile! -, la manoeuvre devra être rapide mais nous aurons quelque protection du mur S.

 

   

Selon les indications de l'homme de la Lega navale, nous devrons patienter dans le premier bassin - le petit port de pêche - immédiatement à gauche. Ce n'est qu'après la sieste - "Al'pomeriggio" - quand le petit bureau ouvrira qu'on s'occupera de nous.

A 16H30 nous amarrons dans la darsena turistico, à couple d'un voilier local abandonné depuis belle lurette.

[ mise à jour 2013: http://www.crotoneturismo.it/schede.asp?ID=264 ]

Le Castella est un lieu touristique agréable. Le Castello, qui donne son nom au village, et la plage dans la baie participent de toute évidence au charme du lieu; quelques hôtels et immeubles témoignent d'efforts récents sur le plan touristique. La proximité de la réserve maritime de Capo Rizzuto devrait constituer un atout. Quelques entreprises de plongée attendent - avec un certain succès - les plongeurs, et des bateaux-excursion à fond transparent effectuent trois ou quatre sorties journalières avec des vacanciers apparemment enthousiastes.

Le petit port - nous y avons eu un bon accueil - est plaisant et des travaux d'aménagement, bien que limités, marquent le souci d'amélioration.

Le souper à l'agréable restaurant La Scogliera - situé entre mer et rochers - sera excellent!

 

 

   

11.07.08 De Le Castella à Ciro Marina. 7H30 Nous sommes en route vers Ciro Marina: nous voulons éviter Crotone - réputé peu agréable. De plus, l'escale au nouveau port de Ciro Marina, bien que non-achevé, situé 2 milles avant Punta Alice, raccourcira la traversée du Golfo di Taranto vers Santa Maria di Leuca de 10 milles.

36 milles donc le long d'une côte de Calabre assez monotone. Quelques réserves maritimes nous obligent à éviter les zones interdites: marquées par des bouées nous ne pouvons pénétrer dans les zones A. Le Pilote les mentionne, mais la position des bouées ne concorde pas.

Près de Crotone il y a quelques plates-formes de forage: ici non plus, pas question d'approcher.

Toujours peu de vent quand nous entrons vers 14H45 à Ciro Marina.

[ mise à jour 2013: http://www.crotoneturismo.it/schede.asp?ID=245 ]

 

Stops: Le Castella - Ciro Marina. Google Maps

 

Ici nous connaîtrons le premier incident de notre voyage. Le nouveau port est déjà fortement dégradé et il n'y a aucune trace de gestion. Peu de place donc entre les nombreuses petites embarcations et les quelques bateaux de pêche. Le quai en béton - déjà partiellement écroulé! - est haut, l'amarrage peu aisé; des pontons, il n'y en a que dans le fond du port mais il y a peu d'eau. Deux voiliers sont amarrés le long du quai: un 36-pieds apparemment de l'entreprise de location Velazzurro - aucune trace du propriétaire ou d'un équipage -, et un voilier italien dont le propriétaire aidera à amarrer les trois voiliers - le Concordia, danois, le Seefest finlandais et notre bateaux. Kaat a pris contact hier avec le président de la Lega Navale locale: il lui a simplement conseillé de nous mettre où il y aurait de la place, de l'eau nous en trouverions auprès de la Lega.

 

   

Soudain apparaît un homme agressif, bouillonnant de colère, qui, prétextant qu'un équipage français lui a volé ses pare-battage, nous interdit le droit d'amarrer: détachant les amarres il veut nous chasser, " pas de place pour des non-Italiens dans le port", crie-t-il. Comme nous sommes en Calabre, et que, visiblement, les personnes qui nous avaient aidés à amarrer, se retournent maintenant également contre nous, nous préférons aller mouiller les trois bateaux dans l'avant port. Kaat prend alors immédiatement contact avec la Guardia Costiera au numéro d'urgence 1530, et avec le président la Lega Navale locale.

Le temps passe. Quand nous avons presque perdu toute illusion qu'on s'occupera encore de nous, le directeur de la Guardia Costiera de Crotone appelle Kaat. Il juge l'affaire inacceptable, et promet d'envoyer quelqu'un du Service de Ciro et de poursuivre ses investigations. Une demi-heure plus tard un de ses collaborateurs apparaît sur la jetée: il vient s'enquérir de la situation, émet quelques timides possibilités, avons-nous quelque souhait, besoin d'eau ... ? Comme nous préférons rester dans l'avant port afin de ne pas prendre le risque d'envenimer les choses, il nous donne un numéro d'appel d'urgence 24/24H avant de nous quitter. Une heure plus tard, c'est le président de la Lega Navale de Ciro, qui vient nous voir en ... canot! Il presidente - un homme charmant et très soigné - veut mettre fin à l'incident et expliquer la colère de l'homme victime du vol, il veut également nous signifier que nous sommes les bienvenus, que les problèmes de gestion dans le port sont à l'origine des difficultés, qu'il y a peu de place, que si nous le désirons nous pouvons nous mettre à couple avec un bateau de pêche, que nous pouvons faire usage des douches de la Lega -, qu'ainsi nous pourrions encore aller en ville, et qu'il examinera cet incident. Nous l'assurons que nous apprécions sa démarche et nous le remercions. Il repart, et nous, nous préférons ne pas prendre de risque.

Il est déjà tard et demain il y a 62 milles qui nous attendent; nous voulons partir à cinq heures.

Dommage pour Ciro: dans le Pilote Rod Heikell décrit les habitants comme très hospitaliers ...!

[note: tous les contacts et conversations ont eu lieu en italien: nous nous demandons ce qui se serait passé si nous n'avions pas eu la possibilité de nous exprimer ainsi ...]

 

La traversée du golfe de Tarante vers Santa Maria di Leuca

 

12.07.08 De Ciro Marina à Santa Maria di Leuca. 05H10 Nous levons l'ancre et quittons Ciro Marina, "enrichis" de cette expérience plutôt malheureuse.

   

La côte disparaît assez rapidement derrière nous: nous commençons la traversée du Golfo di Taranto, 62 milles jusqu'à Santa Maria di Leuca.

Il fait une chaleur pesante et le léger vent du sud n'apporte que peu de fraîcheur. Nous naviguons au moteur, grand-voile et foc High Aspect. CC 065°, V 5,5 nds.

A 13H52 nous appelons un pétrolier qui approche sur bâbord à grande vitesse. Il ne nous répond pas mais quand nous donnons notre position il change de cap et nous avons la route libre. Nous voyons disparaître derrière nous son impressionnante vague d'étrave ...

14H45 Santa Maria di Leuca est à 10 milles. Le Golfe de Tarante est le jardin de jeu des sous-marins: la profondeur y atteint 1970 m. Par les messages NAVTEX nous savons que des manoeuvres ont lieu. Notre carte de papier mentionne les deux zones contiguës utilisées pour les exercices: notre cap suit en parallèle sur 14 milles, à un mille de distance, la limite SSE des zones. Mais de manoeuvres, pas de traces!

Stops: Ciro Marina - Santa Maria di Leuca. Google Maps

 

A 16H30 nous amarrons dans le port de Santa Maria di Leuca. Ce sera notre emplacement le plus agité et le moins confortable: une houle parfois sérieuse et désagréable est causée cette fois non pas par le vent - ce qui serait le cas par vent du sud - mais par des Italiens naviguant comme ... des fous; eh oui, nous sommes samedi et les vacances sont proches ...

[ mise à jour 2013: http://www.portodileuca.it/internet/italiano/ ]

 

La traversée vers la Grèce

 

13.07.08 De Santa Maria di Leuca, Italie, à Corfou, Grèce. Après une nuit très agitée et particulièrement courte - la seconde! - nous partons pour la "grande" traversée, tant espérée. Les prévisions météo sont assez incertaines: pour cette après-midi un fort vent du sud est (déjà) annoncé pour la côte italienne de la mer Ionienne; ce vent fort persisterait ici aussi demain et lundi mais il s'établirait alors nord!

Pour la côte grecque des vents forts - du nord - ne sont annoncés que pour la nuit de lundi à mardi au plus tôt, les vents dominants étant, en l'été, du NW.

 

   

Pour la traversée aujourd'hui la situation se présente donc ainsi: vents fraîchissants du S/SE pour la zone à l'ouest de 019°E , pour la zone à l'est de 019°E, dans la matinée W 10 nds, dès la mi-journée S-SE 10 nds, puis SW, et dans le Détroit de Corfou - entre l'île et l'Albanie - le vent sera probablement nord jusqu'au soir et ensuite SE. En résumé, le choix est simple: soit nous traversons aujourd'hui soit nous serons bloqués pendant plusieurs jours dans le port inconfortable de Leuca.

 

 

  De SANTA MARIA DI LEUCA a CORFOU traversee du Detroit d Otrante l ile grecque d OTHONOI  

Nous partons donc à 05H30. A 10H00 nous sommes à mi-chemin entre l'Italie et la première île grecque, Nisos Othonoi dont le mouillage S est habituellement utilisé lors des traversées, car continuer jusqu'au premier port - Gouvia - allonge considérablement la traversée. De Leuca à N. Othonoi il y a 47,5 milles (cap 087°), jusqu'à Gouvia 36,5 milles de plus, soit 83 milles. Nous faisons en moyenne 5,5 nds, sous grand-voile, foc high aspect et moteur au 2/3.

Quand à 14H00 nous avons N.Othonoi à bâbord la décision de continuer est déjà prise: le vent du S n'incite pas à mouiller dans la baie et gagner le mouillage au nord de l'île n'est pas une option.

Selon la situation, soit nous mouillerons à Kassiopi ou nous continuerons tout de même jusqu'à Gouvia. Finalement nous déciderons de continuer jusqu'à Gouvia car depuis une heure - il est près de quatre heures - nous bénéficions d'un petit noeud de courant favorable qui remonte, du S au N la côte ouest de Corfou et contourne le nord de l'île. Et puis, le vent du nord - sensible - rendrait le mouillage peu agréable à Kassiopi, Kalami ou même à Agios Stefanos.

La nuit tombe quand nous arrivons à Gouvia Marina, feux de navigation allumés: il est 20H30, heure du bord, 21H30 heure grecque!

Stops: Santa Maria di Leuca I - N. Kerkyra, Corfu, Gouvia Marina GR. Google Maps

 

Enfin... nous avons donc, déjà, réalisé une importante partie de notre rêve: cette nuit Nehalinnia est amarré en Grèce!

 

Dans l' album-photos: De Rome à Tropea et De Tropea à Corfou

La suite de notre voyage: 4. La Grèce: 1.1 En mer Ionienne (2008-2009). Pf 5

Retour à la page précédente: 3. l'Italie et ses îles, 2008: 1. de Menton (F) à Rome Pf 4.1

Retour à l' Aperçu général

Top
Updated 6-feb-14
   
webmaster Q-Webbels